L’iconographie des fables

L’iconographie des fables aux XVIe et XVIIe siècles

Actualisé le lundi 2 mai 2011

Par Julien Bardot - réalisé dans le cadre du séminaire d’histoire du livre d’Isabelle Pantin et Laurent Pinon - 2009-2010

Genre mineur et sans lettres de noblesse, la fable est redécouverte à la Renaissance par les Humanistes, en même temps que les manuscrits grecs conservés à Byzance jusqu’à la chute de l’Empire romain d’Orient (1453). Associée à l’emblème, genre littéraire où le texte et l’image se complètent pour faire émerger le sens moral, la fable connaît un nouvel essor que rendent possibles les progrès de la gravure et de l’imprimerie. Tout au long du XVIe siècle, des Pays-Bas à l’Italie en passant par l’Allemagne et la France, se développe une tradition iconographique propre à la fable, qui y gagne une promotion générique, une nouvelle esthétique et une efficacité rhétorique accrue par l’enargeia.

Documents joints