Le néo-stoïcisme

Lecture du De Constantia de Juste Lipse et du Traité de la constance et consolation ès calamitez publiques de Guillaume Du Vair

Actualisé le lundi 1er août 2011

par Marie Bolloré - réalisé dans le cadre du cours de littérature néo-latine d’Isabelle Pantin - 2010-2011

Le De Constantia de Juste Lipse est un ouvrage majeur de la fin de la Renaissance. Il constitue une étape importante dans la création d’une nouvelle philosophie : le néo-stoïcisme. Cette philosophie tente de concilier le stoïcisme antique avec le christianisme. La démarche est novatrice et ambiguë : comment unir une philosophie qui sacralise les capacités et la volonté de l’homme avec une religion où l’homme dépend de la grâce divine ? Traité érudit, best-seller de son temps, il inspire à un parlementaire français, Guillaume Du Vair, le Traité de la constance et consolation ès calamitez publiques. L’objet de cette étude sera de voir de quelle manière a pu émerger l’idée d’un nouveau stoïcisme à partir d’une certaine relecture du Portique. Il sera aussi question de comparer les deux traités et de montrer l’influence de Lipse sur Du Vair ainsi que l’originalité et la différence de ces deux grandes figures du néo-stoïcisme.